Biographie

Elie Goldstein
Belge Né le 18 mai 2003
Vit à Bruxelles

« Bon sang ne saurait mentir » dit l’adage. En portant le nom de Goldstein, Elie n’a jamais pu passer inaperçu dans les paddocks de karting. Son grand-père, François, fut en effet le premier grand champion de l’histoire internationale du karting. Entre 1969 et 1975, il accumula pas moins de cinq couronnes mondiales (dont 4 consécutives) pour rentrer à jamais dans l’histoire d’une discipline qui n’était pas encore considérée comme un passage obligé vers une carrière en sport automobile.

Elie Goldstein_Chpt_Belgique_2014_Kartim (4)

 

En réalité, Elie constitue déjà la troisième génération de la famille en karting. Dans la foulée de son grand-père, son oncle David et son papa Olivier ont eux aussi sillonné les pistes, David devenant même champion de Belgique. Bref, dès sa naissance, Elie avait dans le sang un certain don pour le pilotage et les sports mécaniques…

 

Après avoir goûté au karting dans un complexe indoor, ce jeune gaillard débordant d’énergie a fortement insisté auprès de son papa pour courir « de vraies courses ». C’est ainsi qu’il débuta la compétition au cours de l’année 2012, alors qu’il avait tout juste 9 ans. Loin d’être découragé par des performances moyennes face à des concurrents plus expérimentés, Elie a mordu sur sa chique et il s’est entrainé dur, en compagnie de son papa, pour préparer 2013.

 

Et cette fois, les résultats ont suivi ! Ainsi, pour sa première saison complète, Elie est devenu vice-champion de Belgique et vice-champion de la Belgian ASAF Karting Series. Il a aussi franchi des paliers importants en goûtant pour la première fois aux joies de la victoire et en apprenant à gérer la pression Goldstein_Elie_Europa_Kartim (1)d’un candidat à la victoire. Pour un jeune garçon de cet âge, c’est loin d’être évident !

 

En 2014, pour sa première saison dans la catégorie X30 Cadet, Elie a d’emblée confirmé son talent en devenant vice-champion de Belgique et en terminant deuxième de la Belgian ASAF Karting Series. Et il a aussi régulièrement affiché la rage de vaincre qui fait si souvent la différence entre une victoire et une place d’honneur. Mais comme tous les grands champions, Elie sait déjà que la plus belle victoire, c’est toujours la prochaine. Voilà qui promet !